Bienvenue sur Manga No Sekai ! Nous accueillons tous vos mangas préférés ! Venez nous les faire découvrir, ou tout simplement en parler entre passionnés.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Algarden

Aller en bas 
AuteurMessage
mimilove1103
Membre
avatar

Féminin Messages : 12
Réputation : 0
Date d'inscription : 02/05/2013
Age : 24
Localisation : belgique

MessageSujet: Algarden    Mer 6 Nov - 20:07

voilà ce n'est pas une fanfic mais le début du roman que je suis entrain d'écrire. j'aimerais que vous me donniez votre avis car je ne sais pas si je suis sur le bon chemin ( n'hésiter pas à être franc c'est ce qui m'aidera le plus). voici un petit résumé suivi des 6 premières pages:

résumé:

Sarah Campbell, âgée de 16 ans, va voir sa vie changer radicalement avec l'arrivé de deux jeunes hommes. L'histoire que je vais vous comptez se passe à la fois ici et ailleurs. vous allez passer de l’émerveillement à la stupeur, du rire aux larmes.

(juste pour donner envis de lire ^^)

Algarden

Chapitre 1 :

La vallée s’étendait à perte de vue sous le ciel nocturne. Les oiseaux avaient depuis longtemps cessé de chanter. Le seul son qu’on distinguait clairement, hormis celui des bourrasques dans les feuilles des arbres, était celui d’une foule de gens dont les traits du visage étaient déformés par la peur et la colère. Devant eux se dressait fièrement une femme à la beauté incomparable. Ses cheveux paraissaient d’or et flottaient au gré du vent. Derrière elle se tenait un homme à la stature impressionnante. Son aura, à elle seule, aurait pu tenir certaines personnes à l’écart de sa bien-aimée. Mais, résolu, il tourna son regard couleur de braise vers une porte en fer forgé finement ouvragée. Dans ses bras, niché dans des couvertures, se tenait un bébé. Il poussa une légère plainte quand l’homme poussa le battant et qu’une magnifique lumière turquoise inonda la vallée. Juste avant que ce dernier ne franchisse la porte, le bambin vit une larme rouler sur la joue de cet homme qui avait semblé encore quelques secondes auparavant imperturbable.



Je m’éveillai en sursaut ce matin-là, non que mon rêve m’ait effrayé à ce point mais il m’avait semblé si réaliste. Sans plus y réfléchir, je m’extirpai de mon lit. Le réveil indiquait six heures. Il me faudrait attendre encore une demi-heure avant que le reste de la famille se lève. Je descendis les escaliers quatre à quatre et me dirigeai vers la cuisine grande et d’un blanc immaculée. En prenant mon petit-déjeuner, je jetai un coup d’œil dehors. Le soleil se levait doucement à l’horizon. J’adorais ce jardin, cette maison. Tous deux grands, magnifiques et remplis de souvenirs. Revenant dans la réalité, je sortis de ma mélancolie et partis prendre ma douche. En me regardant dans le miroir, j’examinai mon reflet. J’étais grande pour mes 16 ans et ma peau demeurait légèrement basanée peu importe la saison. Mes cheveux, de couleur noire, cascadaient sur mes épaules. Je ne me trouvais pas particulièrement jolie avec mes grands yeux noisettes qui me mangeaient le visage mais je n’étais pas laide non plus. En revenant dans la cuisine, je vis ma mère. Elle était déjà prête et, comme à son habitude, très élégante.
 Bonjour maman, dis-je avec un petit sourire.
 Bonjour Sarah, me dit-elle en me faisant la bise. Tu as bien dormi ?
 Euh… oui et toi ?
 Oui, à part que ton père a encore ronflé.
Je lui souris à nouveau. Elle se plaignait souvent de papa mais je savais que tous deux s’aimaient énormément. C’est à ce moment précis que mon père fit son entrée dans la pièce. Il me salua et embrassa ma mère avant de prendre place à table pour boire son café.
 Sarah, tu veux que je te dépose à l’école, me demanda-t-il.
 Paul, je vais le faire. Occupe-toi de Tibo et Lisa, s’il te plait. Je dois être de bonne heure au bureau, répondis maman.
 Pas de problème, Catherine.
 Prépare tes affaires ma chérie on y va.
Je pris mon sac que j’avais déjà préparé la veille. Quelques minutes plus tard, elle me déposa devant mon école. Je lui dis au revoir et sortis dans la fraicheur du matin, prête à affronter une longue journée de cours. Il n’y avait habituellement personne à cette heure-ci devant l’école. C’est pourquoi je fus surprise en voyant, devant l’entrée du bâtiment principal, un jeune homme d’une vingtaine d’année. Il ne devait évidemment pas faire partie des élèves, vu son âge. Que faisait-il ici à une heure pareille ? En m’approchant, j’en profitai pour mieux l’observer. Il était incroyablement beau, grand, bien bâti,... Il portait un jean élimé, un t-shirt blanc, une veste en cuir et des lunettes de soleil. Il passa sa main dans ses cheveux noir ébouriffés à mon approche et s’avança ensuite vers moi, à ma grande surprise. Je m’immobilisai, mon cœur battant la chamade. Le jeune homme passa juste à côté de moi et posa sa main sur mon épaule au passage. Je cessai d’un coup de respirer. Mon ventre se crispa et l’adrénaline monta d’un cran.
 Méfie-toi des apparences, me susurra-t-il à l’oreille d’une voix profonde et ensorcelante.
Sous la surprise, je restai immobile quelques secondes, avant de me tourner brusquement. Pour m’apercevoir que le garçon avait disparu. Qui pouvait bien être ce type ? Et pourquoi cet avertissement ? En me rendant à mon casier j’étais encore troublée. Je ne me rendis pas tout de suite compte de la présence de Meredith.
 Eh oh Sarah ! Tu dors encore ?
Meredith me secoua légèrement avec le sourire.
 Non, je réfléchissais, répondis-je. Comment tu vas ?
 Très bien et toi ?
J’esquivais la question.
 Euh… Elles ne sont pas encore arrivées ?
 Qui ça ?
 Les salopes de la classe.
 Ah non, pas encore, me répondit-elle avec une moue renfrognée.
Il y a quelques mois Meredith avait eu des ennuis et s’était mis toutes les filles de la classe à dos. Moi-même, je lui en avais voulu mais pas pour les mêmes raisons que les autres filles. Je lui reprochais de ne pas m’avoir dit qu’elle avait des problèmes. Dès que j’avais appris ce qu’elle subissait, j’étais revenue à ses côtés. Elle nous avait alors tout raconté à Lucie et à moi. Elle s’était mise à fréquenter un garçon en ignorant que celui-ci sortait déjà avec une fille de la classe. Quand elle l’avait appris, elle avait voulu le quitter mais il l’avait menacée. Le secret fut ensuite révélé par son copain qui racontait, à qui voulait l’entendre, que c’était Meredith qui le menaçait. Meredith, ayant un passé trouble, était peu crédible. Sauf Lucie et moi qui la connaissions bien. Celles que j’appelais « les salopes de la classes », sont les filles qui ont commencée à s’en prendre à elle. Insultes, vol, intimidations,… Pour moi et Lucie, qui continuions à la fréquenter, ça se limitait aux insultes.
 Allez ne t’en fais pas pour moi, me dit Meredith.
Elle souriait. Je l’admirais pour sa force de caractère et sa ténacité. Lucie arriva peu après. Timide, fragile et renfermée mais très généreuse et ouverte d’esprit. Je les aimais énormément toutes les deux. Malgré le fait que je sois quelqu’un de sociable, les gens ne m’aimaient pas beaucoup. Et avant de les rencontrer, il n’y avait personne que je pouvais appeler « ami ». Quand je suis entrée dans cette école et que je les ai rencontrées, ma vie a commencé à avoir un sens. Certes j’avais ma famille. Mais ce n’était pas pareil. L’école devenait un endroit où je voulais être, les sorties devenaient possibles et amusantes. On pouvait se parler de tout.
 Les filles, on devrait peut-être aller en cours, dit Lucie d’une petite voix.
 Oh oui ! Vite, vite, répondis Meredith.
 Tu es bien pressée, dis-je. Ça ne te ressemble pas.
 Tu n’es pas au courent, s’exclama Meredith. Il y a un nouvel élève qui arrive aujourd’hui.
Une fois en classe, nous nous dirigions directement dans le fond, ignorant les regards et les chuchotements sur notre passage. Lucie et Meredith se mirent devant moi et je pris place sur le dernier banc près de la fenêtre. Madame Youmairie fit son entrée dans la pièce peu après accompagnée d’un jeune homme. « Décidément les beaux garçons défilés dans l’école aujourd’hui », pensais-je. De taille moyenne, les cheveux bruns, les yeux de couleurs verts émeraude, il incarnait le mannequin parfait.
 Voici Ethan Duval, il sera l’un de vos camarades de classe à partir d’aujourd’hui, nous déclama Madame Youmairie d’une voix fatiguée. Je compte sur vous pour lui faire bon accueil et l’aider si besoin. Ethan, tu peux t’asseoir prés de Sarah dans le fond de la classe.
Le dénommé Ethan vint prendre place à mes côtés et me dévisagea dans le même temps. A la fin du cours, je me rendis compte que nous n’avions pas échangé un seul mot et qu’il m’avait continuellement observée. La matinée se passa de la même manière et je sortie frustrée du cours accompagnée de Lucie et Meredith.
 Non mais vous avez vu comment il me regardait ?
 Oh ça oui, me répondis Meredith hilare.
 Il est peut-être amoureux de toi, renchérit Lucie.
 Ça j’en doute. Il me regardait comme si j’étais une…une… Oh peu importe !
Son regard avait été pénétrant et suspicieux.
 Et si tu allais lui demander de manger avec nous, me proposa Meredith.
 Quoi ? C’est hors de question !
 Mais il est nouveau et je pense qu’il ne connait personne, insista timidement Lucie.
 Mais pourquoi moi ?
 Parce que, répondit Meredith. Et en plus je vois mal Lucie lui demander.
Nous dévisageâmes toute deux Lucie dont le visage devint rouge pivoine.
 Ok pour Lucie. Mais pourquoi pas toi ?
 Parce que je suis la plus rapide pour aller chercher la bouffe.
 Normal, tu passes devant tout le monde, dis-je dans un soupir et en souriant. Très bien j’y vais on se rejoint au réfectoire.
Je retournais dans la classe et aperçue Ethan qui n’avait pas bougé d’un pouce.
 Salut, dis-je.
 Salut, dit-il sur un ton méfiant.
 Euh… ça te dis de manger avec nous ?
 Nous ?
 Oui, moi et les deux filles qui été assise devant nous, Meredith et Lucie.
 Pourquoi pas. Je vous rejoins dans quelques minutes.
 Ok. A toute suite.[/justify]
[/justify]Je ressortie de la sale et pris la direction du réfectoire. Sur le chemin je me surpris à me poser des questions sur cet individu et sur celui de ce matin. J’ignorai tout du deuxième et Ethan semblait être quelqu’un de taciturne et de méfiant. A l’entrée du réfectoire, déjà bondé, je repérais vite Meredith et Lucie qui sortaient de la file d’attente avec les baguettes.
 Vient Sarah, on a trouvé une table, m’appela Lucie.
Une fois à leurs côtés Meredith entreprit de me questionner pendant que nous nous dirigions vers la table libre.
 Alors il a dit quoi ?
 Il est d’accord et ne va tarder à venir.
Soudain Meredith s’étala sur le sol, se dérobant à ma vue. Je me retournais et eu tout juste le temps de voir Stacy Matherson remettre son pied sous la table. Une grande fille blonde et pulpeuse. J’aidais Meredith à se remettre debout avec l’aide de Lucie. Je sentis la colère montait en moi et je crispais mes points de rage.
 Ça ne va pas la tête, hurlais-je. Elle aurait pu se blesser !
 Et bien ça n’aurait pas été une grande perte, minauda Stacy.
Je failli lui bondir dessus mais Meredith m’arrêta. Elle aussi se retenait difficilement.
 Elle n’en vaut pas la peine Sarah, dit-elle d’une voix glaciale.
N’importe qu’elle autre fille aurait pâli à ce moment précis. Pas Stacy. Elle était la fille de la directrice et était de ce fait intouchable. Aucune de nous ne pouvait se permettre de se faire renvoyer. Ravalant ma colère, je fis demi-tour et m’assis à la table libre. Je fus vite rejointe par mes deux amies et… par Ethan. Je remarquais que Stacy avait l’air sous le choc et qu’elle bouillonnait d’une rage contenue. Mon estime pour Ethan monta d’un cran.
 Qui c’est celle-là, demanda le jeune homme.
 Une fille de notre classe. Elle est également la fille de la directrice et la pire salope que le monde ai connu, déclama Meredith. Stacy Matherson.
 Pourquoi s’en est-elle prise à toi ?
 C’est une longue histoire, répondit-elle.
Et elle se lança dans sa longue péripétie, racontant tout dans les grandes lignes. Ethan n’avait pas bronchait une seule fois et avait écouté avec patience et intérêt. A la fin du récit, il hocha la tête et pris un air indigné.
 Elle n’a pas le droit de te traiter de cette manière. De plus, il me semble que cette histoire ne la regarde en rien.
 Comment ça, demanda Lucie.
 Et bien, cette affaire est entre Meredith et l’autre fille concernée. Il me semble que ce ne soit pas Stacy qui soit sortie avec ce type.
De nouveau, mon estime pour lui monta en flèche. Je réalisai que je l’avais peut-être mal jugé. Taciturne ? Peut-être était-il juste attentif et réfléchit. Le reste du temps de midi se déroula sans aucun accro et durant le reste de la journée, je me surpris à discuter de tout et de rien avec le nouveau venu. Sur le chemin du retour je ne pus m’empêcher de penser aux différents événements de la journée. L’altercation avec l’inconnu, la rencontre avec Ethan et la tête de Stacy Matherson lorsque qu’Ethan nous avais rejointes. Une journée bien remplie en somme. En me couchant ce soir-là, j’avais le sourire aux lèvres mais ce que j’ignorais c’est que tout aller bientôt changé.


A suivre....

Voilà évidement il y a encore beaucoup de travail à faire mais je ne peux pas encore dire grand chose dans le résumé.

Merci d'avance pour vos conseils, je les attend avec impatience.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Luffa
Admin
avatar

Féminin Top 3 Animés : Durarara!! ; Monogatari Series ; Tasogare Otome X Amnesia

Top 3 Manga : Bleach ; Gamaran ; The Arms Peddler

Messages : 3423
Réputation : 272
Date d'inscription : 03/10/2012
Age : 103
Localisation : Avec mon Merveilleux BJ près du lac de la Pax Lutra.

MessageSujet: Re: Algarden    Mar 19 Nov - 17:44

Une écriture simple et agréable. =)
Malgré tout, ça sent le vu et revu pour moi.
Cependant, j'espère tout de même être surprise en lisant la suite ! ;3
Bonne continuation ! *^*

_________________


Narukami no sukoshi toyomite sashi kumori ame mo furanu ka kimi wo todomemu
Narukami no sukoshi toyomite furazu to mo warewa tomaramu imoshi todomeba
(Kotonoha no Niwa)

Hazero, Real ! Hajikero, Synapse ! Banishment... this WORLD !!
(Chûnibyô demo koi ga shitai!)

Always H&S !
(# Ma Fille)


L'Admin est :
 
Revenir en haut Aller en bas
mimilove1103
Membre
avatar

Féminin Messages : 12
Réputation : 0
Date d'inscription : 02/05/2013
Age : 24
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Algarden    Mar 10 Déc - 17:51

Merci pour ta franchise et surtout d'avoir pris le temps de répondre et de lire. La simplicité est voulu pour le début pour ensuite se complexifié par la suite. Evidemment ceci est juste un extrait mais je voulais vraiment qu'on me donne un avis sur le style. Au départ je suis partie sur le "elle" mais apparemment il y avait trop de détails d'ou la simplicité et la lecture plus fluide à présent.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Neo'
Membre
avatar

Masculin Messages : 282
Réputation : 4
Date d'inscription : 24/12/2012
Age : 20
Localisation : Dans le ciel.

MessageSujet: Re: Algarden    Mar 10 Déc - 18:00

Hum c'est simple et agréable à lire. La 3ème personne pour les détails est sympa sinon il y a aussi le changement de point de vue ^^ Bref c'est sympa. :3
Courage pour la suite.

_________________


"All of the monsters are human." Tate Langdon.
"You are all I want. You are all I have!" Tate Langdon.



Merci pour ces signatures Luuuf'-kuuun! ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
mimilove1103
Membre
avatar

Féminin Messages : 12
Réputation : 0
Date d'inscription : 02/05/2013
Age : 24
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Algarden    Jeu 9 Jan - 13:59

Merci beaucoup je reprendrais l'écriture d'ici peu si tout va bien. Continué à me donner vos avis cela m'est très utile. Merci encore Smile

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Algarden    

Revenir en haut Aller en bas
 
Algarden
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga No Sekai :: Bibliothèque-
Sauter vers: